L’histoire du club

 

 

L’histoire du Model Club du Chaufour est très ancienne.

L’homme a toujours été fasciné par le vol. Quelques passionnés avaient bien dépassé le stade des petits avions en papier. Ils construisaient des planeurs en balsa, ils faisaient du vol libre, ils avaient des moteurs en élastique tordu, des moteurs à pompe.

Ils ont connu les premiers moteurs thermiques et ont fait du vol circulaire. Ils volaient en salopette blanche.

Les toutes premières radiocommandes de construction personnelle sont ensuite apparues. C’était une révolution : on disposait de deux canaux en tout ou rien !

Elles étaient horriblement coûteuses mais quel progrès. Les avions pouvaient évoluer dirigés selon la volonté du pilote mais sans lui être relié de façon visible. La technique a évidemment bien évolué depuis !

Ces passionnés se sont groupés en association de fait en 1962 et en ASBL en 1965. Le nom a changé plusieurs fois.

En 1997 nous avons connu la dernière modification de Model Club Chapellois en Model Club du Chaufour. En faisant les formalités pour se mettre en ordre avec les arrêtés Lutgen, nous nous sommes rendus compte que nous n’étions pas sur le territoire de Chapelle, mais à Gouy-lez-Piéton, sur le territoire de la commune de Courcelles.

Le nom neutre de Chaufour a été choisi à ce moment car notre terrain se trouve dans la rue du chaufour. Nous gardions ainsi les initiales MCC.

Au début, le MCC était actif dans plusieurs branches du modélisme : avions, planeurs, ballons, hélicoptères, bateaux, hydravions. Il faisait partie également de la fédération des Yachting clubs de Belgique.

Une école d’électronique a été créée par nécessité pour construire les récepteurs et émetteurs. C’était le tout début des radios. On utilisait à cette époque des tubes dans les récepteurs pour le système d’oscillateurs. Des transistors et des relais finissaient d’actionner les servos en tout ou rien.

Notre président-fondateur avait une formation d’ingénieur industriel. Il avait donc de solides connaissances en mécanique et en électronique. Il était donc tout qualifié pour ouvrir l’école. Elle était bien équipée avec oscilloscopes et tout le matériel nécessaire. Cette section d’électronique a continué jusqu’en 2001.

Une école de construction modéliste a également été créée. Une salle a été prêtée au foyer culturel de Chapelle puis au foyer culturel d’Herlaimont. On y a donné des cours de construction d’avion notamment avec des handicapés. Il a fallu ensuite déménager dans des caves à Piéton. Là, des vandales ont tout cassé, ce qui a marqué le glas de l’école.

Il est amusant de dire qu’au début, les vols se faisaient sur la place communale de Chapelle et sur un terrain du charbonnage “La Cour au Bois”. L’intérêt de la nouveauté faisait oublier les nuisances du bruit.

Ensuite un terrain situé derrière le cimetière de Godarville a été utilisé. Mais les voisins ont protesté. Pas les défunts évidemment mais les nouveaux habitants qui avaient construit là de plus en plus nombreux. Le bruit, quelques crashs sur les tombes, des déjections d’huile sur les pierres ont provoqué des pétitions.

Un échange de terrain s’est fait. Des joueurs de foot s’entraînaient sur un ancien aérodrome. Les allemands y avaient atterri pendant la deuxième guerre mondiale. Un club de parachutistes y avait fonctionné jusqu’à un accident mortel.

Les footballeurs trouvaient le terrain trop humide. Pour les modélistes, c’était le paradis. La vieille baraque où on pliait les parachutes servait de local. Le plancher était fort incliné.

Dès qu’on y mettait le pied, on était entraîné.

Par la pente et on se retrouvait calé contre le bar. Cela contribuait à l’ambiance.

Elle a été remplacée par un magnifique baraquement de chantier en bois qui a également brûlé. On a reconstruit en brique.

C’est notre local actuel. Nous y sommes depuis environ trente ans. Il a toujours été amélioré et agrandi. On y a maintenant tout le confort : chauffage, eau courante, électricité, téléphone, WC, douche, terrasse, barbecue, cuisine, …

Que l’on est bien au Model Club du Chaufour. Nous avons aussi une magnifique piste parfaitement entretenue. Il fait bon, les petits oiseaux chantent.

Ce contenu a été publié dans Club, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire